Text Size
Dimanche, Juin 25, 2017
French (Fr)

Recommandations

chriostories3 Recommandations Sur La Planification De L’immigration Au Québec Pour La Période 2012-2015

Présentées À L’assemblée Nationale Du Québec Lors De L’audition Publique Du 17 Août 2011


1. Nous proposons des campagnes provinciales de sensibilisation en droits et devoirs collectifs. Ces campagnes sont un instrument stratégique de l’interaction culturelle entre immigrants, réfugiés et Québécois.

Nous présenterons un tel projet auprès de Citoyenneté et Immigration Canada, ainsi qu’auprès du Ministère de l’immigration et des communautés culturelles.

2. Nous considérons que l’intégration en toute égalité de droits des immigrants, réfugIés et Québécois, doit se concevoir dès l’âge scolaire dans les écoles et les collèges, lieux de rencontre privilégié des enfants et des jeunes.

Nous présenterons un projet expérimental aux Commissions scolaires pour que ces jeunes connaissent aussi leurs droits et devoirs.

3. Nous proposons une augmentation des quotas pour éliminer les listes d’attentes pour la francisation puisque de nombreux immigrants et réfugiés non francophones attendent de 6 mois à un an avant de suivre des cours. Il s’agit d’une compétence du Ministère de l’immigration qui doit ainsi faciliter une partie du processus d’intégration, et si nécessaire, subvenir aux organismes communautaires qui renforcent ce processus.

4. Nous soutenons qu’en matière de francisation, il est nécessaire de classer les connaissances et les savoirs des immigrants et des réfugiés pour différencier le contenu et l’emphase de la francisation. Des élèves ayant un grand déficit de qualification, et d’autres ayant une formation académique très poussée ne peuvent pas apprendre au même rythme.

Il ne s’agit pas de créer des ghettos, mais de permettre une progression de certains en fonction de leurs connaissances, leurs savoirs et leurs différences culturelles.

5. Nous sommes d’avis que lorsqu’en 2007 les Nations Unies adoptèrent l’idée de l’Alliance des civilisations de monsieur José Zapatero, Président d’Espagne, il s’agissait essentiellement d’une alliance avec les gouvernements musulmans non intégristes pour éviter le terrorisme. L’Alliance fut un terrible échec et aujourd’hui c’est le printemps arabe qui démantèle ces dictatures.

6. Nous formulons l’idée d’une interaction culturelle entre les civilisations, en reprenant les recommandations du Rapport Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables qui permettra aux immigrants et réfugiés d’accéder à une intégration sans racisme ni xénophobie invisible.

Les nouveaux arrivants adoptent la nouvelle culture qui les reçoit sans pour autant renoncer à leurs langues et leurs pratiques culturelles qui ne violent pas les droits collectifs.

7. Nous soutenons que la population d’accueille, en cotoyant de nombreuses générations d’immigrants, saura recueillir et faire siennes des valeurs, des connaissances et des savoirs culturels des immigrants et des réfugiés, renforçant ainsi l’identité québécoise

8. Nous considérons que l’inclusion sociale des immigrants et des réfugiés est le deuxième axe d’une politique publique provinciale et fédérale.

L’accès des immigrants et des réfugiés à l’emploi doit se faire en termes d’égalité en vertu des normes internationales, de la Charte des droits et libertés de la personne et de la Charte canadienne des droits et libertés. À travail égal, salaire égal.

9. Nous nous opposons à toute forme de travail non déclaré. Un tel travail est facilité par les propriétaires de certaines industries de biens et de services.

La rigueur de la loi doit s’appliquer à ceux-ci. Il est nécessaire de mettre sur pied des campagnes contre le travail non déclaré. Les immigrants et réfugiés ont recours au travail non déclaré dans la plupart des cas, pour compléter les envois d’argent à leur famille dans leur pays d’origine. Souvent victimes de surexploitation, les heures de travail exténuantes rendent ces peresonnes plus vulnérables aux maladies mentales et physiques ce qui augmente les dépenses en santé publique.

10. Nous croyons que l’intégration sociale et la rétention des immigrants se fera plus rapidement si les mesures financières leur facilitent l’accès à la propriété privée et aux demeures subventionnées. Il s’agit d’une aspiration pour toute les familles qu’elles soient immigrantes, réfugiées ou québécoises. Nous ne proposons pas de privilèges. Nous soutenons plutôt que la difficulté de rétentions des immigrants et des réfugiés est une perte économique et culturelle pour le Québec.

11. Nous proposons que l’évaluation des connaissances, des qualifications professionnelles et des savoirs des immigrants et des réfugiés, de même que celle des Québécois, doit être une compétence de l’état. Une telle question, qui touche aux droits collectifs des immigrants et des réfugiés ne devrait pas être laissé aux organismes privés car c’est un sérieux obstacle à l’intégration.

Fabio Zapata -  Président

Philippa Jabouin - Secrétaire générale

Geeta Rasaily - Vice-présidente